15/10/2008

Formation vous dites ?

Alors que toute profession a droit à une formation qui, en général, se rallonge de plus en plus, ce qui paraît normal, tant les temps changent et les spécialisations deviennent pointues.

 

Alors que les professions de sécurité publique, passent allègrement le cap de six mois. Pour les polices auxiliaires d’autres cantons, on arrive à 4 mois, il est vrai entrecoupé. Pour aller jusqu’à l’année, voire plus pour les polices cantonales.

 

Alors même que la profession d’ASM est régie, pour le moment, par un règlement, entrant dans le cadre de la LPOL (Loi sur la police)  et qu’une loi s’appliquant exclusivement à la profession, attendue depuis un très long moment, est prête à passer devant le Grand-Conseil.

 

Alors que nous nous dirigeons vers une nouvelle évolution de notre profession, souhaitée par les uns, demandée par les autres, que nos politiques sont tout heureux, semble t-il, d’avoir, enfin, obtenu quelque chose de l’Etat.

 

Nous nous heurtons à un problème de taille, lequel ? LA FORMATION. Trois mois en commune, voire sept mois en Ville de Genève, c’est comme tout  le monde le sait, largement suffisant pour un ASM. C’est normal, il a la science infuse et puis surtout, on a pas le temps, l’argent, les locaux et le personnel pour mieux les former…

 

C’est si facile et en fait, en réfléchissant bien, à partir du moment ou les ASM ont toujours réussi à faire face, se sont adaptés à toutes les situations, pourquoi en faire plus ?

 

En fait, ce problème est récurrent et l’on dirait bien qu’il va continuer à l’être. Les clivages politiques entre Communes et Etat, sans parler de ceux avec la Ville de Genève, la décentralisation et l’autonomie, tout ceci favorise une inertie difficilement compréhensible.

 

Ne pourrait-on pas,  à Genève, pour une fois, arrêter de se regarder comme le centre du monde, de ne penser qu’a soi, de ne vivre que pour soi et adopter une politique visionnaire et non, comme d’habitude, à courte vue.

 

D’autres cantons essaient de mettre sur pied des concepts visionnaires et se projettent dans l’avenir, alors qu’à Genève qui n’est pas avare de conseils vis-à-vis des autres, stagne, se demande, encore comment faire, qu’elle voie suivre ? Mais surtout sans aller trop loin !!!

 

Cest navrant, surtout que les ASM ont fait la preuve, depuis belle lurette de leur capacité d’adaptation et de leur pouvoir d’absorption de nouveautés.

 

La profession d’ASM est appelée à évoluer encore. Pour ce faire, nous avons besoin d’une formation digne de ce nom et non d’un ersatz donné à la petite semaine et s’il faut créer une formation spécifique, pourquoi ne pas ouvrir grande la porte à la Ville de Genève, dont les cours sont rôdés et de qualité, et être à la base d’une école 100% ASM, qui serait, simplement, supervisée par la gendarmerie et qui pourrait (à la longue) mener au Brevet Fédéral de Policier.

 

Tout est possible, il ne manque que la volonté politique, peut-être qu’une bonne pression des électeurs suffirait à déverrouiller la situation.

 

P.A. M –  GAZETTE ASM octobre 2008

10:41 Écrit par Gonzo dans Genève Police (s) | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Assez d'accord avec le constat que la formation est insuffisante. Mais avant d'entrer en matière, il faut définir le cahier des charges, la complémentarité avec la police cantonale et la marge de manoeuvre des politiques locales. En effet, toutes les communes ne sont pas d'accord sur l'étendue de la mission des ASM. Notamment, elles ont horreur d'une image répressive de leurs agents. A quoi bon un brevet fédéral - attention aux critères de sélection - si la mission de l'ASM ne correspond pas? Et puis, pourquoi les ASM qui se morfondent dans l'insatisfaction de leur travail ne postulent pas pour la police cantonale ?

Écrit par : Dixit | 16/10/2008

Cher Dixit,

c'est toujours un plaisir de pouvoir débattre avec vous. Le problème est que je ne comprends pas pourquoi vous vous acharnez sur nous ?

Vous citez :"Et puis, pourquoi les ASM qui se morfondent dans l'insatisfaction de leur travail ne postulent pas pour la police cantonale ?

Soyons francs, le travail de la police cantonale n'est plus celui ou quand on était petit, s'amuser avec un pistolet et allumez son gyrophare pour faire comme la police attire de nouveaux gendarmes... Les temps on changé, le corps des ASM est un service bien plus intéressant que celui du gendarme. Demandez à un gendarme si il est satisfait de son travail, de son commandement et j'en passe !

Certes, nous connaissons tous des problèmes dans nos services. Mais croyez-vous qu'il est bon de faire de la paperasse toute la journée au lieu d'être présent sur le terrain comme le souhaite les citoyens et les gendarmes ?!?

Les ASM, sont à disposition ! Nous ne revendiquons pas être mieux qu'eux, mais souhaitons améliorer ces problèmes de sécurité dans le Canton, en étant présent et apportant une contribution, une aide à la gendarmerie.

J'espère avoir été clair dans mes propos ?

Bien à vous.

Gonzo.

Écrit par : Gonzo | 28/10/2008

Les commentaires sont fermés.