22/09/2009

Divorce et les enfants ?

En Suisse, 4 mariages sur 10 finissent par un enterrement... du mariage. Dans les villes, ce sont même 5 contrats sur 10 qui se terminent devant le juge. Contrairement à celui des unions heureuses, le taux des divorces est bien le seul à croître... Et la loi peine souvent à suivre le mouvement.

C’est ainsi qu’aujourd’hui, les hommes sont de plus en plus nombreux à se lever pour défendre des droits qu’ils disent bafoués lors d'une séparation.

A Berne, au parlement, un postulat a été déposé qui demande que l’autorité parentale soit désormais exercée conjointement par le père et la mère, comme cela se fait en Allemagne et en France. En Suisse, le juge accorde pratiquement toujours l’autorité parentale à la mère.

Les féministes et la gauche en général estiment qu’il ne faut rien toucher à la situation actuelle: en cas de divorce conflictuel, ni la garde partagée ni l'autorité parentale conjointe ne sont dans l’intérêt de l’enfant. Cela ne servirait qu’à multiplier les querelles qui sont précisément à l’origine de la séparation, disent ces milieux.

Les "pères bafoués" s’estiment, eux, victimes des effets pervers de la révolution féministe des années 70. "Nous ne sommes pas que des payeurs de pensions", disent-ils. "Il est temps de rétablir nos droits".

L'ignorance des gens sur le droit du divorce est malheureusement une réalité et il faut la combattre par une meilleure information. Les reproches qui sont faits au droit du divorce sont ainsi souvent "à côté de la plaque". Certes, des améliorations seraient souhaitables. Les gens devraient toutefois arrêter de croire que le divorce est une procédure judiciaire semblable à celle prévue par le droit américain et que l'on voit à la tv.

Grâce à la dépénalisation du droit du divorce, les parents sont désormais mis sur un pied d'égalité. Certes, le juge reste un être humain et des erreurs d'appréciation peuvent être commises. Mais trop souvent les parents se lancent dans une bataille à corps perdus et sont persuadé qu'ils vont "écraser" et "dépouiller" leur conjoint, parce que le responsable, c'est toujours l'autre! Heureusement, le droit actuel permet à chaque instant de la procédure de trouver un terrain d'entente (et d'épargner un peu d'argent...). Comme dit le sage : "mieux vaut un mauvais arrangement qu'un bon procès" !

En particulier, le calcul de la contribution d'entretien aux enfants et à l'époux/épouse est parfois douteux et nécessite une adaptation et une cohérence. De là à dire que seuls les pères sont lésés, il y a un pas que l'on ne peut pas franchir!

On devrait également revoir les conditions de l'audition de l'enfant et les voies de droit des mesures provisionnelles / mesures protectrices de l'union conjugales.

Il faut également faire la différence entre la garde des enfants et l'autorité parentale. Encore une fois, chaque cas est différent. Mais la loi prévoit la possibilité de l'autorité parentale conjointe et, en fin de compte, le système prévu - soit que les parents se mettent d'accord et s'entendent - me paraît adéquat. Et même si un seul parent obtient l'autorité parentale, cela ne veut pas dire que l'autre parent n'a aucun droit à ce sujet ! 

Enfin, les conditions d'obtention de l'assistance judiciaire pourraient être revues afin d'éviter les abus et les trop longues et coûteuses procédures.

Ceux qui subissent une procédure de divorce, en fin de compte, ce sont les enfants. Avant de penser à leur porte-monnaie et à leur braguette, les parents devraient s'en souvenir!

17:19 Écrit par Gonzo dans Général | Lien permanent | Commentaires (7)

15/09/2009

LA PREUVE PAR L'ACTION !!!


Vous voulez :


- une école publique performante et de qualité ?
- moins d'impôts pour les classes moyennes et pour les familles ?
- renforcer la sécurité de proximité ?


NOUS AUSSI !


Venez à notre rencontre :

M. François LONGCHAMP

CONSEILLER D'ETAT

sera présent dès 12:45 et répondra à toutes vos questions !

Ainsi que :

Mme Dupont-Carrilho Béatrice

(Maire de Chêne-Bourg - Hygiéniste dentaire)

Mme Garcia-Bedetti Marion

(Enseignante, juge assesseur suppléant au Tribunal de la Jeunesse, Conseillère municipale à Chêne-Bougeries)

M. Nicolet Alain

(Président des Radicaux de Thônex, Chef de service de la Police Municipale de Veyrier)


Samedi 19 septembre 2009 de 09h00 à 14h00
à la Place du Chêne-Vert à Thônex


ou retrouvez-nous sur Internet :
www.trois-chene.ch


Votez et faites voter la liste n° 1 ! www.radical.ch
Organisé par Les Radicaux de Thônex, Chêne-Bourg et Chêne-Bougeries

14:45 Écrit par Gonzo dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)