09/10/2009

Certaines vérités sont bonnes à dire !

Voici un exemple qui mérite d'être lu ! Bravo VEYRIER !!!

Le Conseil Municipal de la commune de Veyrier est exemplaire !!!


 

10618_292974040281_714345281_9201599_4788584_n.jpg

 

 

13:36 Écrit par Gonzo | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Enfin, c'est pas a Veyrier ou l'UDC et le MCG cherchent leurs proies... a quand une déclaration similaire de la Mairie de Vernier ou Onex?

Écrit par : un suisse | 09/10/2009

Non ce n'est pas à Veyrier que l'UDC ou le MCG cherchent leur proies...

Mais c'est à Veyrier que quelques milliers de Frontaliers passent la frontière. Ce n'est pas ici qu'ils auraient le courage ou la franchise d'affronter ces travailleurs ! ABE.

Écrit par : Gonzo | 10/10/2009

C'est l'histoire d'une fille un peu faible d'esprit, il y a trente ans elle faisait partie de la secte de Rajnesh Osho, ça se passait à Poona en Inde.
Tout était permis, libérer son corps et son âme de toutes les contraintes héritées de cette civilisation occidentale en besoin d'aventure et d'orientalisme.
Avinna (nom de secte) avait environ 25 ans, élégante et provocante dans sa dégaine, au niveau du discours c'était autre chose, mais beaucoup ne s'intéressait pas à ce qu'elle pouvait bien ressentir, son corps suffisait largement !
Avinna était perdue dans cette univers pseudo-mystique affranchi de toute cette morale chrétienne ridée et excessive, "un petit massage et crac-crac", ceci avec la profonde conviction que la rédemption avait accouru içi et maintenant.
La vie était agréable dans ces décors indien aménagés pour cette nouvelle manne, petits hôtels branchés, restaurants avec tous les délices de l'orient sauce exotique pour quelques roupies.
Avinna comme beaucoup d'autre ne trouvait pas, malgré tous ces artifices, son compte dans cette dérive, ses parents ne lui envoyaient pas les 1000 $ nécessaire à tous ces petits privilèges, elle n'était pas la seule genevoise dans ce cas, il aurait donc fallu revenir à Genève, travailler et revenir dans ce havre de stupre.
Stupre pour stupre, pourquoi ne pas simplement s'arrêter à Bombay lointaine seulement de 200 km et avec une copine de cheval et autres massages tantrique faire profiter des clients de passage souvent venant du golf de leurs soins experts, ceci dans un cade encore plus luxueux.
Alors tout les mois, elle tombaient leurs tuniques oranges et prenaient le cap pour la fortune facilement gagnée. Les deux principaux palaces de Bombay étaient é l'époque le Taj-Mahal et l'Oberoi Sheraton, c'est dans le lobby de ces palaces que les gourgandines facturaient leurs services divins.
Plus tard, de retours dans la ville de Calvin, le manège continua, au Noga-Hilton , é l'Inter-continental et autres, puis rencontra celui qui deviendra son mari, le directeur actuel d'Handicap International, quand on a des goûts de luxe, rien ne peut vous écarté de votre destinée.
Que du beau monde je vous dit, que du beau linge !

Son mari, lui, la trompe avec une gardienne de taule, ça faut des années que ça dure, ils ont deux enfants, ils seront surement eux aussi dans l'humanitaire, c'est pour ça qu'il ne faut donner pas son argent à des menteurs et à des personnes donnant des leçons, tout en ayant eux mêmes une morale de voyou !

Écrit par : Corto | 23/01/2010

Les commentaires sont fermés.