10/07/2012

Prise d'otage en France...Aie, aie, aie.

Un parent d'élève retenu depuis mardi matin par un homme armé dans une école de Vitry-sur-Seine a été libéré, a-t-on appris de source policière. Le preneur d'otages a été maîtrisé. Voir la vidéo.

http://youtu.be/Gb8F-Ad7m58

15:36 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prise d'otage

17/12/2010

Inquiétudes aux frontières Genevoises...

Les élections approchent à grands pas ! Et ça m'inquiète...

Lire la suite

08:59 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2010

POLICE MUNICIPALE GENEVE

Cette belle photo est adressée aux collègues qui sont fières de travailler dans de telles situations... Sans oublier les petites personnes qui ne veulent pas reconnaitre cette belle corporation !

1er mars 2010 présentation de la POLICE MUNICIPALE GENEVOISE.

ABE...

Lire la suite

15:36 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (0)

14/08/2009

Les arguments d'une police unie !!!

A Genève aussi, une police unie. Utopique ??? Les Vaudois réagissent !

Lire la suite

07:58 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (7)

25/12/2008

Beau cadeau "Livre sur les Polices Suisses" toute l'année !!!

UN OUVRAGE DE REFERENCE ! LE PREMIER DEPUIS 18 ANS !!!
Veuillez cliquer sur ce lien pour aggrandir l'image !
Souscription Livre Police Suisse.jpg
Voici la version française, les autres suivront lorsqu'elles seront prêtes ! Il faut comprendre que si l'on ne commande et paye pas en avance le livre ne pourra ce faire, cela dépend d'un nombre minimal de commandes pour lancer la machine.... Imprimez le bon de commande et suivez la procédure. D'avance merci !!!

10:46 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (4)

15/09/2008

Police municipale : Les rondes de nuit, c'est fini !



 
Les agents ne pourront plus être sur le terrain après 21 heures. Motif ? Trop cher ! L’effectif pourrait en outre passer de 36 à 29 personnes.
- C’EST UN BRUSQUE retour en arrière. Depuis le début de la semaine, la police municipale (PM) de Corbeil ne patrouille plus la nuit. La faute aux heures supplémentaires. Trop nombreuses. De quoi engager « une réflexion budgétaire », selon l’entourage du maire UMP, Serge Dassault. Fini donc les dépassements horaires. Au grand dam des agents qui comptaient bien « travailler plus pour gagner plus », selon le slogan du président Sarkozy, un ami politique de Dassault.
Résultat, le service a dû s’adapter. « On ne peut plus fonctionner que de 7 heures à 21 heures », détaille un policier. « La police municipale reste présente la nuit pour répondre aux appels des administrés et les diriger correctement, essaye de rassurer René Schenck, chef du service. On faisait beaucoup d’heures, peut-être à la place de la police nationale. On réfléchit au problème des heures supplémentaires. »« Mis devant le fait accompli », les agents grimacent.
Mais la réorganisation ne s’arrête pas là. Certains sont partis et n’ont pas été remplacés. Au 1 e r novembre, selon un policier municipal, l’équipe passera de 36 à 29 puisque « les contractuels ne seront pas remplacés ». « On retombe au niveau de 2003. Tout le travail accompli disparaît », déplore un autre.
La nuit, conflits de voisinage, tapages, ivresses sur la voie publique comme ce week-end sur la foire… les fonctionnaires volaient au secours des habitants. Désormais, les appels sont rebasculés sur le 17 par la PM. Une charge de travail supplémentaire pour la police nationale, qui a déjà fort à faire. « Ce n’est pas une bonne nouvelle pour nous, déplore un gradé. Ils nous prêtaient main-forte sur de gros incidents et nous permettaient de nous consacrer aux missions de police secours. »
 
« On n’a plus qu’à prendre un pitbull et à bien fermer les volets »
 
Dans les rangs de l’opposition, l’élu PS Carlos Da Silva dénonce « le mensonge électoral » du maire. Dans son programme, le candidat annonçait : « Après avoir créé une police municipale opérationnelle 24 heures/24, nous allons encore la renforcer. Cela permettra de mieux assurer leur présence en particulier la nuit » (voir ci-dessus). « Six mois plus tard, c’est l’inverse », accuse le socialiste. Et certains habitants manifestent déjà leur inquiétude : « On n’a plus qu’à prendre un pitbull et à bien fermer les volets », réagit cet administré. Mais à la réflexion, beaucoup voient dans cette coupe le signe de problèmes de finances .
« Il n’y a pas le feu au lac, assure-t-on dans l’entourage du maire. Mais il est normal d’évaluer une prestation. Surtout dans un contexte où les ressources ont tendance à stagner et les dépenses à augmenter. La sécurité reste cependant une priorité. » Dans le cadre de cette réflexion générale, une solution apparaît : une police municipale intercommunale. Le chef de la police municipale de Corbeil peaufine le dossier, présenté vendredi à l’agglomération Seine-Essonne.
 
 
CORBEIL / FRANCE

15:37 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (1)

16/07/2008

Police et garde-frontières signent un accord de collaboration


La police cantonale vaudoise et les garde-frontières renforcent leur collaboration. La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro et le directeur des douanes Rudolf Dietrich ont signé un accord qui s'inscrit dans la mise en oeuvre de Schengen prévue à la fin de l'année.

Une meilleure cohésion opérationnelle, des synergies sur fond de budgets limités et une adapatation à l'évolution de la criminalité: la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro s'est réjoui de ce nouvel élan entre les différents partenaires de la sécurité dépendant du canton ou de l'Administration fédérale des douanes.

L'EURO 2008 a montré que l'on pouvait "dépasser nos habitudes et surmonter les réflexes corporatistes" pour assurer le bon déroulement d'un événement exceptionnel, a souligné la cheffe du Département de la sécurité et de l'environnement. Avec cet accord, la base est posée pour "relever les défis sécuritaires de demain".

Concrètement, des tâches seront déléguées aux garde-frontières qui pourront intervenir directement, en soulageant du coup la police. Les domaines visés sont notamment la recherche de personnes, d'objets et de véhicules, ainsi que le petit trafic de stupéfiants.

11:57 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (2)

08/07/2008

Les polices municipales bientôt autorisées à utiliser le Taser

Les polices municipales bientôt autorisées à utiliser le Taser.

Un décret devrait autoriser prochainement l'utilisation du pistolet à impulsion électrique (PIE) de type Taser par les polices municipales, a indiqué mercredi Alain Bauer, criminologue et président de l'Observatoire de la délinquance (OND), lors d'un colloque au Sénat.

Un décret devrait autoriser prochainement l'utilisation du pistolet à impulsion électrique (PIE) de type Taser par les polices municipales Françaises, a indiqué mercredi Alain Bauer, criminologue et président de l'Observatoire de la délinquance (OND), lors d'un colloque au Sénat.

Selon M. Bauer, qui présidait un colloque du Haut comité français pour la défense civile (HCFDC) sur l'armement non létal, un décret va ouvrir prochainement aux polices municipales le droit à l'utilisation de PIE, "le processus" étant selon lui "très avancé et en voie de finalisation".

M. Bauer a toutefois indiqué que les policiers municipaux devraient avoir les mêmes obligations, en matière de formation notamment, que les policiers et les gendarmes qui utilisent déjà cette arme, réitérant à cette occasion son opposition à l'octroi d'armes à feu aux policiers municipaux.

Si les armes dites non létales se présentent sous diverses formes (gaz paralysant, flashball, ondes magnétiques ou autre faisceaux lasers), c'est l'arme électrique et le Taser en particulier qui a été au centre des discussions.

D'emblée Gérald Kierzek, de la fédération urgence anesthésie, réanimateur SMUR à l'Hôtel Dieu à Paris, a indiqué "qu'aucun trouble du rythme cardiaque n'a été démontré après utilisation du Taser" sur une personne.

Concernant la polémique sur des cas de décès aux Etats-Unis et au Canada, le médecin a rappelé que ces personnes n'étaient pas décédées sur le coup. Or, "si le Taser avait provoqué une fibrillation ventriculaire, le décès aurait été immédiat".

Pour lui, les complications viennent plutôt de l'endroit où les dards de l'arme ont été plantés, ainsi que des blessures occasionnées par leur retrait, de brûlures lorsque l'appareil est employé en contact direct avec la peau, ou de chutes.

Un avis que ne partageait pas Geneviève Sevrin, ancienne présidente d'Amnesty international France, craignant "une disproportion en France de son utilisation pour des neutralisations systématiques" de personnes. Elle a souhaité "un moratoire sur les utilisations (du Taser) tant qu'une enquête approfondie et impartiale ne sera pas menée".

Antoine Di Zazzo, directeur général de Taser France, a balayé les arguments d'Amnesty sur des décès aux Etats-Unis qui ne portent pas sur le même type de produit, selon lui, que celui utilisé en France. Le Taser X-26 "n'a jamais tué qui que ce soit et ne le peut pas", a-t-il affirmé, en rappelant qu'il n'est pas fait "pour remplacer les armes à feu".

Alain Bauer a appelé a éviter la banalisation "des armes non létales" qui sont, selon lui, "l'avant-dernier recours", souhaitant que comme dans la police nationale le système Taser soit couplé à un dispositif vidéo.

Il a enfin réclamé l'interdiction de vente absolue de certains dispositifs actuellement en vente libre délivrant des décharges électriques beaucoup plus importantes et pouvant être mortelles.

Le Taser X-26 envoie jusqu'à 10 mètres deux dards sur la personne visée, lui administrant une décharge de 50.000 volts avec une intensité de 2 milliampères agissant sur son système nerveux et le tétanisant quelques secondes, le temps de le maîtriser.

LE TASER


Après le flash-ball et ses balles en caoutchouc, il y a  le Taser et ses 50 000 volts.

Les pistolets Taser sont des armes non létales utilisées dans des situations graves diverses, à l'exemple de celles où l'on doit maîtriser une personne dangereuse et instable, devenue agressive et posant un danger pour elle-même. En permettant de neutraliser instantanément une personne incontrôlable, le pistolet Taser a permis aux policiers outre-Atlantique d'éviter des blessures ou des situations dont l'issue aurait pu être fatale
LE TASER
  

Pistolets Taser - De quoi s’agit-il ? 

Les pistolets Taser sont des armes paralysantes capables d’envoyer des décharges de 50 000 volts qui paralysent instantanément les personnes touchées.

Ces armes projettent à distance deux fléchettes qui pénètrent à travers les vêtements ou la peau en envoyant un électrochoc. Ces pistolets paralysants peuvent également être utilisés à bout portant, “ par contact ”.

Les pistolets paralysants sont des armes moins mortelles et responsables de moins de blessures que les armes à feu ; les fabricants prétendent qu’ils constituent une alternative sûre à de nombreuses armes conventionnelles. Mis sur le marché par Taser International dans les années 70, le nombre d’armes de ce type en circulation a augmenté au cours de ces dernières années avec l’apparition d’une nouvelle génération de pistolets paralysants comme le M26 et le X26.

09:43 Écrit par Gonzo dans Police | Lien permanent | Commentaires (13)